Fashion

BALMAIN, RETOUR VERS LE FUTUR

Le 23 janvier dernier, Olivier ROUSTEING nous a offert un défilé haute couture. Seule une poignée de chanceux a pu assister au show et y découvrir un univers à la fois moderne, futuriste et historique de la maison Balmain. 

 

 

 

 

 

Depuis son arrivée en 2010 au poste de directeur artistique chez Balmain, Monsieur ROUSTEING a su « redorer » et « rénover » la marque. Il nous a permis de redécouvrir l’expertise et le savoir-faire des ateliers de l’enseigne parisienne. Il a pu donner un second souffle à la maison, notamment grâce à ses diverses collaborations avec des célébrités telles que Beyoncé, Rihanna, Naomi CAMPBELL, Michelle OBAMA, Kanye WEST, Jennifer LOPEZ et bien d’autres encore.

C’est dans une enceinte très réduite et intimiste que le grand couturier a décidé de présenter ses premiers chefs d’oeuvres HAUTE COUTURE. Pour cette toute première collection, le designer a choisi d’entremêler le futur et le passé en y proposant des pièces au charme rétrofuturiste. Il s’est principalement inspiré des modèles qui ont participé à façonner l’image de Balmain, en y ajoutant sa touche personnelle et sa « folie ».

Tout au long du show, un déluge de figures sculpturales foulent le podium, transcrit au travers d’un univers mystérieux affirmé par des mannequins aux regards voilés par des lunettes-jumelles inspirées de l’Opéra. Ce qui est sûr, c’est que le grand retour de Balmain dans l’univers de la haute couture après 16 ans d’absence est la meilleure des manières pour le styliste d’affirmer son style et son art. Le prêt-à-porter d’Olivier a toujours fait preuve d’un niveau de détail, de broderie et de finitions extrêmement élevé, mais pour la haute couture, il est allé encore plus loin. 

L’avenir d’Olivier Rousteing semble prometteur et bien chargé. Notamment par la création du nouveau logo Balmain ; par le lancement de l’application Balmain, ou encore par l’ouverture de son nouveau magasin rue Saint-Honoré. 

Je n’ai plus qu’une seule chose à dire: Chapeau Bas!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire