De nos jours la HAUTE COUTURE  est reconnue dans le monde entier, et ce notamment grâce à la mode française. Elle ne représente que 1% du chiffre d’affaires des grandes maisons de mode mais participe grandement au rayonnement de la France à l’international.

Le monde de la mode existait déjà au XVIIe siècle, mais c’est en 1858 que l’histoire de la Haute Couture démarre réellement. Cette même année Charles Frederick Worth, considéré comme le père de la Haute Couture, ouvre la maison Worth Bobergh à Paris. Cette Maison célèbre dans le monde entier connaitra une renommée internationale et intergénérationnelle. À ce moment tous les yeux sont tournés vers Paris et toute l’Europe prend exemple sur cette ville qui possède déjà le titre de capitale de la mode. Mais ce n’est qu’entre les années 20 et 60 que les grandes maisons de couture telles que Chanel, Yves Saint Laurent et Christian Dior, réussiront à emmener la Haute Couture Française à son apogée.

C’est en 1905 que naissent les défilés de mode tels que nous les connaissons aujourd’hui. À l’origine ils sont organisés par la couturière anglaise Lucy Duff-Gordon.

En 1946, 106 maisons étaient déjà répertoriées dans l’Hexagone. Cependant à l’époque pour entrer dans ce cercle très fermé et très sélectif et pouvoir disposer du « label Haute couture » validé par le décret de 1945, les maisons de « haute couture » devaient être parrainées par les deux grands noms de la mode et remplir un certain nombre de critères. Elles devaient garantir la présentation de deux collections par an, (environ 25 modèles), la réalisation sur mesure de pièces uniques et l’obligation d’avoir au minimum 20 salariés dans son atelier. De plus le label Haute Couture est attribué à une maison de couture pour une année seulement. La maison en question doit alors refaire une demande l’année suivante pour obtenir ce précieux sésame.

La haute couture ne représente environ qu’un seul pour-cent du chiffre d’affaires des grandes maisons de couture comme Chanel et Christian Dior. Elle reste cependant un réel outil de promotion et du savoir faire des ateliers de création français.

Loin de l’engouement porté à chaque fashion-week et aux centaines de défilés prêt-à-porter, qui ont lieu habituellement en mars et septembre, la haute couture est un exercice typiquement parisien. Cependant elle rayonne de plus en plus à l’international.

La Fashion Week Couture est aussi composée d’un calendrier off, dans lequel les créateurs étrangers sont très représentés. Cette diversité montre une volonté de la Chambre syndicale de faire évoluer la haute couture « française » avec des créations et des idées venues des quatre coins du monde.

De nos jours seulement 15 maisons bénéficient du label haute couture en tant que membre permanent de la Chambre syndicale. Hormis les grandes maisons telles que Chanel et Christian Dior, Givenchy et Jean Paul Gaultier, des Maisons telles que Maison Margiela, Franck Sorbier, Giambattista Valli, Adeline André, Maurizio Galante, Alexandre Vauthier, Alexis Mabille, Stéphane Rolland, Julien Fournié et Schiaparelli font partie de ce cercle très fermé.

En ce qui concerne l’acquisition des pièces hautes couture, le secret est de mise, il paraîtrait que le nombre de clients ne dépasse pas plus de 100 dans le monde. Cependant plusieurs maisons se demandent si cette expertise aurait toujours sa place. En effet les clients ne seraient plus prêts à attendre des mois et en l’occurrence 6 mois environ complétés en plus par plusieurs essayages, avant de partir avec leur tenue. Certaines maisons proposent déjà sur le podium des pièces qui peuvent être achetées immédiatement.

La haute couture a toujours eu une fonction de « laboratoire  » dans l’industrie de la mode, cependant elle a énormément évolué au fil de ces dernières années. Aujourd’hui elle est une vraie vitrine pour les maisons de couture et pour le patrimoine français 

Laisser un commentaire